7. Fribourg champion des biomatériaux

Une petite partie seulement de la matière organique qui pousse dans nos champs finit dans notre assiette. Le reste est valorisé comme déchet, au mieux composté. Or, la plupart des matières plastiques provenant du pétrole pourraient être produites progressivement à partir de ces matières organiques. Au niveau européen, une dynamique se met en place entre les régions traditionnellement agricoles pour devenir des piliers d’une « bioéconomie » européenne, en produisant notamment des nouveaux matériaux par recyclage de déchets organiques. Le laboratoire PICC de l’Ecole d’ingénieurs, sur blueFACTORY, est l’un des laboratoire pionniers en Suisse dans ce domaine. Fort de son économie agricole, le canton de Fribourg peut  se positionner comme un acteur fort dans ces nouvelles filières.

 

Constat

  • De la matière organique provenant de l’agriculture, au mieux un tiers ou un quart finit dans l’assiette du consommateur, le reste retourne en CO2 par incinération ou compostage.
  • On sait aujourd’hui produire des matériaux plastiques à partir de ces nouvelles sources de matières organiques.
  • A terme, l’agriculture pour remplacer le pétrole pour toute une gamme de matériaux plastiques (emballage, structures légères, carrosseries de voiture, …)
  • L’enjeu est économique, ces matériaux sont encore un trop chers pour remplacer le plastique produit à partir du pétrole.
  • Fribourg dispose de l’un des meilleurs laboratoires de recherche en Suisse dans ce domaine avec le PICC (Plastic Innovation Center, Prof Rudi Koopmans) de la HEIA-FR, situé sur blueFACTORY depuis 2017. A titre d’exemple, le PICC offre des clefs USB produites à partir des plumes de poulet de Micarna à Courtepin.
  • Le recyclage des matériaux de l’agro-alimentaire fait partie du domaine en plein essor de la Bio-économie. La HEIA-FR participe à un projet européen dans ce domaine. L’UNI-FR (prof. Guggler) a par ailleurs décrit le potentiel économique pour le canton de Fribourg.

Projet au niveau national

  • Soutenir les coûts de production de biomatériaux au niveau national, par exemple par le fonds de compensation carbone de la confédération, afin de les rendre immédiatement compétitifs avec les matériaux issus du pétrole
  • Ceci devrait conduire à l’adoption rapide de ces nouveaux matériaux et au développement des filières de production à partir des déchets agro-alimentaires.

Retombées au niveau cantonal

  • Comme un grand nombre d’industries transformatrices de l’agro-alimentaire sont à proximité du canton de Fribourg, le canton est proche des ressources en matières premières et devrait voire logiquement se développer des filières de production et valorisation de ces nouveaux matériaux.
  • On devrait logiquement voire également le développement d’application des biomatériaux dans des applications à haute valeur ajoutée ( industrie, carrosseries de voiture…). Plusieurs startups basées dans le canton (BComp, Softcar, …) travaillent sur de telles idées. D’autres idées vont forcément voir le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *